( 31 mai, 2008 )

Un r’tour à l’fosse 14

Avec el’photo là, in r’tourne rue Lamennais, à l’fosse 14 à Lens. Dins ch’gardin ed’min père avec Claudine pis cor mes deux tchiottes soeurs (in 1955 aussi, in peu avant l’aute photo in Normandie). Derrière, y’a Bernard et m’mère qu’a l’air de bien s’marrer. In vos aussi l’vollière à droite et dins l’fond, les maisons des pinsionnés et l’porte ed’chelle d’madame Adam surnommée « La Petite Polonaise ».

Ch’éto ine t’chiotte femme qu’j'ai toudis connu vieille. In France d’puis des dizaines d’années, al avait jamais parlé ch’francais correctemint. Al connaissos juste queque mots d’patois qui lui suffisos pour parler dins ch’coron d’où qu’tous les gins y l’aimotent bien. Al aimos bien printe d’timps in timps un p’tit coup d’Porto ché s’voisine ! In l’voyait alors rintrer a s’mason en s’tenant à ché murs !! Cha, ché des souvenirs !!!!

1004.jpg

( 16 mai, 2008 )

Pépé Raoul et Mémé Suzanne

Demain, c’est le grand rassemblement familial à Authie. Nous serons une centaine de la même famille à être réunis pour nous retrouver, faire la fête, évoquer nos souvenirs…

Si nous serons tous là-bas demain et dimanche, c’est à Pépé et Mémé que nous le devons. Alors, quelques photos souvenirs pour les remercier d’avoir été à l’origine de cette grande famille très unie.

1.jpg

2.jpg

3.jpg

4.jpg

5.jpg

( 16 mai, 2008 )

L’Hôtel de Ville de Lens

On continue notre histoire des édifices de Lens. Après les mines, la gare et l’église Saint Léger, voici l’histoire de l’Hôtel de Ville :

0011.jpg

L’Hôtel de Ville de Lens a toujours été situé au même endroit, à quelques mètres de l’église Saint Leger. Depuis le début du 19ème siècle, il n’y eu que 3 bâtiments différents.

0021.jpg 

Le premier fut construit en 1822 à l’emplacement de la maison de ville de l’Ancien Régime près de la ferme Roussel qui lui fut annexée par la suite pour héberger les services municipaux et de l’état civil. 

 0031.jpg

Le 29 août 1908, l’escalier du perron fut remplacé par un autre en granit de Soignies avec une grande balustrade. 

 0041.jpg

En 1912, la ville de Lens, devenue capitale du pays minier a décidé de se doter d’un nouvel hôtel de ville, digne de son importance. Le précédent fut donc abattu et laissa la place à un bâtiment plus grand et d’une grande richesse architecturale. C’est Emile Basly, alors maire de Lens, qui en a dressé les plans avec l’architecte Jean Goniaux. La première pierre a été posée le 27 mai 1913. 

 0051.jpg

Détruit par les bombardements lors de la Première Guerre Mondiale avant même la fin de sa construction, il fut reconstruit à l’identique et inauguré en 1927.

006.jpg

Bombardé de nouveau en 1944, l’hôtel de ville est fortement endommagé. Il fut rasé en 1956. 

 007.jpg

Il a été remplacé, après bien des péripéties, par un bâtiment plus moderne qui fut inauguré le 14 février 1965 par Jean Tomasi, préfet du Pas-de-Calais, en présence du député-maire Ernest Schaffner.

008.jpg

( 14 mai, 2008 )

Pour em’tchiote soeur Marie

Ch’sais qu’té ravisses min blog de timps in timps: em’femme, al m’l'a dit après qu’al t’as eu au téléphone.

Ch’sais aussi qu’té trisse ed’pas v’nir à Authie avec nouzautes pour el’fête ed’famile ! Mais l’plus important, ché qu’té soignes bien et qu’té guérisses el’plus vite possibe. Té s’ras bien r’présentée par tes tros tchiotes et in leur f’ra tertousse plein ed’baisses qu’à ramèn’ront là-bas, dins tin pays du chud del’France.

In intindant, je mets sur ch’blog deux belles photos d’ti, ine dins ch’gardin du 14 dins ché fleurs à not’père in plein miyeu d’ché corons; l’aute, ché nouzaute deux à ch’gardin public ed’Lens.

Allez, in t’imbrasse bien fort et in pinse à ti, la Marie.

mf.jpg

cmfjardinpub.jpg

( 14 mai, 2008 )

Mai 68 à Lens

Pour mi, Mai 68, j’m'in rapelle pas d’trop ! J’étos au Collège Michelet et y s’est pas passé grand cosse à part qu’à un momint, in nous a dit que ch’étos fermé. Min père, y’éto d’jà à l’retraite, alors, j’m'rappelle pas qu’in a grinmint parlé des grefes à m’mason.

Si y’en a qu’on plus d’souvenirs, qu’y s’hésitent pas à en mette dins ché commentaires.

Non, Mai 68 à Lens, Cha m’a pas trop marqué.

dem021.jpg

( 11 mai, 2008 )

Les Lions de l’autoroute

Dans son blog a voir absolument, à la date du 13 juin 2007, Annie nous raconte une aventure qui lui est arrivée. En revenant en bus de son travail, elle a rencontré des lions en liberté sur l’autoroute entre Lille et Lens.

Hé bien , c’est Gilles qui m’a fait parvenir un article de presse consacré à cet évènement que lui racontait son grand père.

Merci aux deux pour ces souvenirs pitoresques. Le blog d’Annie : http://neechti.skyrock.com

Cliquez sur l’image pour pouvoir lire l’article

lion11.jpg

lion2.jpg

( 9 mai, 2008 )

Le Boulevard Basly

Salut Tizautes,

Suite à ch’l'artique sur ch’8 mai 45, min copain Christian, y m’a invoyé ine photo du boulevard Basly aujourd’hui pour el’comparer avec chelle qui éto dins ch’l'artique (retour ed l’exode). Alors, cha m’a donné ine idée : j’vas vous faire vire ch’fameux boulevard avec des photos prises du mem’indroit a différente z’époques. J’pinse que cha va vous plaire !

Ch’batiment principal qu’in vo, ché l’ancienne caisse de s’cours des Mines ed Lens.

Merci Christian !!

1940 :

001.jpg

Vers 1950:

002.jpg

Vers 1960 :

003.jpg

Vers 1970 :

004.jpg

Aujourd’hui :

005.jpg

( 8 mai, 2008 )

39-45 à Lens

En ce jour du 8 mai, fête de la libération de 1945, quelques souvenirs de cette guerre en hommage à ceux qui l’on vécue :

A peine 30 ans après le retour des premiers lensois dans leur ville suite à l’évacuation de 1917, éclate la seconde guerre mondiale : Lens est de nouveau sous tutelle allemande dès le mois de mai 1940. A partir du 18 mai, beaucoup de lensois évacuent volontairement, les écoles sont fermées.

394502.jpg

Jusque la fin du mois de mai, des bombardements arrosent Lens et ses environs. Puis les troupes allemandes envahissent la ville.  Alfred Bucquet raconte : « Un grand bombardement a lieu le 23 mai. Ce fut terrifiant de voir les victimes nombreuses parmi la cohue des évacués qui, venant de des routes de Lille et de Douai, se dirigeaient vers les route de Béthune ou de Liévin. Le Maire, Alfred Maës, évalue à 350 le nombre de victimes. » C’est un spectacle de désolation que voient les habitants à leur retour d’exode dès le 30 mai.

394503.jpg

La ville va de nouveau vivre sous le joug de l’occupant pendant 4 ans. La vie s’organise tant bien que mal. Les mineurs sont obligés de travailler sous la surveillance des soldats du Reich.

394516.jpg

Le 17 août 1941, Emile Basly décède. Le Préfet du Pas de Calais, représentant du gouvernement de Vichy, désigne Marcel Hanotel comme maire de Lens. La Kommandantur s’installe à l’hôtel de la Gare.

Mais à Lens comme ailleurs, la résistance s’organise. Le 11 avril 1942, trois résistants communistes abattent deux soldats allemands au Pont Césarine. Quelques jours plus tard, 35 otages sont fusillés par les allemands. 

debarge.jpg

Après le débarquement de 1944, Lens est de nouveau bombardé par les troupes alliées qui veulent libérer la ville. le centre ville et la cité du 4 subissent cruellement le bombardement du 16 juin 1944. On dénombre de nombreuses victimes, toutes civiles, dont 36 morts. Le dépot SNCF d’Avion est totalement détruit. Le 11 août 1944, un nouveau bombardement fait plus de 150 tués.

394522.jpg

Enfin, le 2 septembre, sous un soleil radieux, les Anglais entrent dans Lens : la ville est libérée. Le 1er octobre 1944, le Général De Gaule, Chef du Gouvernement Provisoire, est en tête du défilé. Il prononce un discours devant l’Hôtel de Ville détruit. Ses paroles : « Lens, cité des mines, ville du grand travail ».

394533.jpg

|