( 17 juin, 2008 )

In aut’souv’nir : Vendin

Vendin, ch’étos l’ville d’où qu’min père il a habité avec s’première femme, Yvonne, et mes quatre frères et soeurs, Yvette, Simone, Roland et Rolande. Ché là qu’il a travaillé aussi, à l’usine ed’Vendin qui appartenot aux Mines. Plus tard, nouzautes, ché plus tchiots, in y allos à l’piscine. J’me rappelle même qu’ine fos, in y avos vu un gala ed’catch : ch’ring, y’étos au dessus de l’flotte.

vendin.jpg

V’la l’usine avec el’cité d’où qui z’habitotent (à droite)

pepeauboulot.jpg

Min père à sin boulot

peperetraitre.jpg

Là, ché l’jour d’sin départ in r »traite. Y z’y avaient offert un fauteul pour li raviser es’télé mais y’in avos pas souvint l’temps avec sin gardin et l’boulot qu’a cor fait après s’retraite des Mines (à l’construction de l’Maison ed’Retraite ed Lens pis chez Boussac près de Lille).

 

2 Commentaires à “ In aut’souv’nir : Vendin ” »

  1. Christian dit :

    Incore des photos anciennes , trés belles et ton pére à la retraite surellevé dans sa chaise qui lui a été offerte, il était à l’honneur ce jour là.
    Amitiés chtis de Liévin , @ ++++ mon ami.

  2. gilles sauty dit :

    j’allais a la piscine de vendin a velo
    harnes vendin
    l’eau etait chaude rechauffee par les fours
    que du bonheur et que de souvenirs

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|